Capture

Début du Carnaval

Countdown
expired


Since



576388 4350119764179 910698105 nEn 1971, Mme Camille Leboeuf, tenancière du café « Les Armoiries », vint frapper à la porte d’André Greuse, chef de batterie dans la région du Centre, pour lui demander comment fonder une société de Gilles. Une société de Gilles avait d’ailleurs existé à Soignies avant guerre. Une première réunion se tint avec quelques intéressés. D’emblée, il était évident que les Gilles fêteraient leur Carnaval lors des festivités de la Simpélourd. Les dates des soumonces ont été choisies afin de coïncider avec les braderies. Le bourgmestre de l’époque M. Jérôme, fut sollicité pour les autorisations de sorties de la ville. La première sortie de la société eut lieu à la Simpélourd en 1973.

En 2000, la société s’essoufflait et trouvait plus personne pour reprendre les missions du comité. Un petit groupe de plus jeunes a décidé de poursuivre la tradition et de s’engager. « Nous avons dû nous s’y reprendre en plusieurs assemblées. Tandis que les débats étaient orageux, je me suis éloigné avec Fabrice Loiseau dit « Flap » et, autour d’un verre, je lui ai proposé de tenter l’aventure. D’accord m’a-t-il dit, mais à conditions que tu prennes la présidence. Sitôt dit, sitôt fait. Nous sommes retournés dans les débats et nous avons été élus ! Aidés par quelques anciens, comme M. Manzini Hervé et M. Lachambre Daniel, nous avons dû tout apprendre. Nous sommes repartis à 27 avec la ferme intention d’y mettre le plus d’enthousiasme possible. Actuellement, la société compte environs 65 gilles. Le plus jeune vient à peine de naître !!!

142

Notre local se situe sur la place verte de Soignies au café « Les 3 Rois », l’établissement est tenu par Karine Van Oudenhove. Afin de remplir les caisses, la société organise plusieurs activités. Costumes et chapeaux, 25.000 oranges, tambours et musique, tout ça coûte pas mal d’argent. L’événement est préparé durant quasi toute l’année. Comme l’un des fondateurs était Gilles dans la société louvièroise des « Amis réunis du Mitant des Camps », la société a repris leur tradition du brûlage. Par contre, la musique et la batterie proviennent de Binche, ainsi que les costumes.